EN |  FR     premium  
Navigation Menu

Carnets de loop / Laugarvatn

Par à juin 9, 2014 dans autre cat | 0 commentaires

Extraits des carnets de voyage d’Art Loop – Islande – Septembre 2013 

DSC_0142

Jour 3 Reykjavik – Départ pour le village de Laugarvatn

Après quelques minutes de route, les paysages sont vite splendides. Il n’y a rien, des collines désertiques, quelques moutons. Il pleut, c’est austère, c’est vide, c’est beau. Les couleurs vont du vert tendre au gris et surtout il y a du noir. Le noir volcanique omniprésent.

Le bus arrive à Laugarvatn, il nous arrête à la station service / épicerie / poste du village. Sous la pluie avec l’oeuvre de Mathieu sous le bras, nous partons à la recherche de notre auberge de jeunesse. On se retrouve dans un immense bâtiment vide style Shinning au bord d’un superbe lac.

Jón, le mari d’Alda une des directrices de la résidence d’artiste, vient nous chercher pour nous emmener à la ferme reconvertie en résidence d’artistes. Jón est adorable, il est professeur d’islandais pour des lycéens pour un an ici à Laugarvatn. Il nous explique que dans ce petit village, il y a des lycées – pensions et même l’université pour devenir professeur de sport ! Il y a donc beaucoup de jeunes.

Nous arrivons à la résidence d’artistes Gullkistan et rencontrons tout le monde ! Notre artiste Hallur Karl venu spécialement à la résidence pour le projet Art Loop, deux françaises de 20 ans étudiantes aux Beaux-Arts, un australien qui fait de la musique électro et deux peintres américaines. La ferme est très mignonne, une maison blanche avec un toit rouge. Devant la maison un petit sous-bois de bouleaux balayé par le vent protège la maison.

Nous prenons un café avec Hallur Karl. Il a hâte de découvrir l’oeuvre. Nous décidons de l’ouvrir dans l’atelier de la résidence. L’atelier est immense. Une grande salle avec plusieurs stations, et une petite salle où Hallur Karl pourra travailler les 7 prochains jours. Il découvre l’oeuvre, elle est bien emballée, donc c’est assez compliqué de la dévoiler. Ce moment est très émouvant pour tout le monde. Hallur Karl nous apprend qu’il connaît l’île d’Ouessant, il a passé deux semaines là-bas lors de ses études aux Beaux Arts de Quimper.

La coïncidence est troublante et émouvante.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>